SPAHIS UN JOUR, SPAHIS TOUJOURS

lien entre les proches, les anciens, les actuels et les futurs spahis
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trois jours de suite !

Aller en bas 
AuteurMessage
JOSSE Francis Yves Alfred
Spahis
Spahis


Masculin
Nombre de messages : 114
Age : 73
Localisation : Lille Nord
Loisirs : Histoire (militaire) et histoires
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Trois jours de suite !   Dim 2 Mar 2008 - 18:23

Trois jours de suite - Histoires et traditions de la « légère »
L’affectation au Régiment d’un nouvel officier du contingent, Aspirant ou Sous-Lieutenant, était toujours une aubaine pour le chef du Service Général. Les effectifs en Officiers de Permanence s’en trouvaient renouvelés. On pouvait s’attendre à voir les impétrants figurer sur un prochain tour, dans l’ordre de la décision d’affectation. C’était le « coup de l’invité ».
En ce temps là, « Dante » CARLIN présidait aux destinées du Service Général. Il ne faisait pas dans la dentelle. « Tête de con » était son juron favori. Peu trouvaient grâce à ses yeux. Ancien méhariste, il avait une conception particulière du métier.
L’Officier de Permanence effectuait midi et soir la surveillance des salles à manger du Régiment. Il prenait ensuite son repas dans un espace qui lui était réservé, près du bureau de l’Officier d’Ordinaire. C’était alors l’occasion de faire connaissance, de commenter le menu et la situation financière de l’Ordinaire, de régler les petits incidents de la distribution.
L’Officier de Permanence consignait ses observations sur un registre à cet effet. Cela se passait généralement bien, une bouteille de « Patriarche » facilitait les choses. Ce registre était régulièrement présenté par mes soins à la lecture du Chef de Corps. Je dois bien reconnaître que les appréciations étaient, le plus souvent, plutôt à l’avantage du Service de l’Ordinaire. Bon !
Je vis un jour arriver un Aspirant, tout jeune, tout frais émoulu de SAUMUR, ganté de beurre frais. Après les présentations d’usage, cet élégant bipède se consacra à sa mission de surveillance, avec discrétion et souplesse. Il fit honneur au repas, mangea de bon appétit, fit honneur, aussi, à la bouteille et disparut tout aussi gentiment. Un « brave » !
Le lendemain à midi, j’eus la surprise de voir revenir le même. Ce n’était pas exceptionnel, les « arrangements » entre Officiers de Permanence étaient fréquents, surtout chez les célibataires, corvéables à merci. Un impératif quelconque suffisait à motiver ce tour de passe-passe. Notre brave Aspirant se fit tout aussi discret que la veille. J’en voulais bien des pareils pour chaque jour ! Parfois certains avaient tendance à exagérer, mais, bon ! Il fallait bien que jeunesse se passe.
Je me dis qu’il serait bon de s’en faire un allié, « on ne sait jamais » ! Les Aspirants avaient « l’oreille » du Colonel.
Le surlendemain, le même se présenta de nouveau ! Je me promis quand même de le questionner « diplomatiquement » au sujet de cette répétition pour le moins anormale. Trois jours de suite, il n’était pas loin de battre un record de longévité !
Après la soupe du soir je m’attardai donc au bureau, tendant les filets pour ma petite embuscade. Après une mise en scène des plus accueillantes, j’avais sorti la bouteille de champagne des « grands jours » et fait dresser la table avec une jolie nappe de papier fleuri, j’attendis mon Aspirant de pied ferme, le sourire aux lèvres et la coupe à la main. Cet accueil le flatta.
Ainsi traité, « l’Aspi » se laissa aller aux confidences. Il avait été affecté « en doublure » à un peloton blindé dont les hommes se trouvaient encore en permission. Ses Spahis rentreraient la semaine suivante. Il était donc « à disposition », sans emploi jusque là.
Il n’avait pas été autrement surpris de figurer trois jours de suite sur le tableau de service, à la suite de ses camarades, croyant cette procédure « normale » du fait de sa vacance. Il ne s’en était ouvert à personne, j’étais bien le seul à m’en inquiéter.
Pris d’un doute, je rompis là et m’esquivant sous prétexte de le laisser dîner en paix, je filai au bureau pour consulter la Décision du Chef de Corps portant mention de l’arrivée de la relève. J’eus vite compris la confusion dont il était la victime.
Les affectations avaient été mentionnées dans l’ordre des noms patronymiques, à la suite l’un de l’autre, sans séparatif.
« Mon » Aspirant s’appelait d’AURELLE de MONTMORIN de SAINT-HEREM (François, Hugues, Xavier). La particule n’était pas rare chez les officiers. Il était de bon ton, dans les « grandes familles » de servir dans l’Arme Blindée et Cavalerie.
Jetant ensuite un coup d’oeil sur la feuille de service je constatai que le Service Général, sous la houlette de « Dante », avait cru en avoir au moins trois d’un coup pour la permanence et pour le même prix ! Les autres suivraient ! A chacun son tour !
C’est ainsi que l’impétrant se retrouva couché sur le tableau trois jours de suite, le premier sous le nom d’AURELLE, le second sous le nom de MONTMORIN et le troisième sous celui de SAINT-HEREM. Brave soldat, il avait obtempéré sans broncher ! On ne « râlait » pas facilement chez « Dante » CARLIN ! Ce qui était écrit avait force de Loi.  ! Mektoub !
Je n’eus pas l’audace de l’affranchir. Qu’il m’en pardonne. Il ne revint toutefois jamais dans les mêmes conditions. Francis JOSSE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinzuti
Colonel
Colonel
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1157
Age : 44
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: Re: Trois jours de suite !   Mer 5 Mar 2008 - 19:44

Ca lui apprendra à avoir un nom à rallonge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trois jours de suite !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SPAHIS UN JOUR, SPAHIS TOUJOURS :: HISTORIQUE DES SPAHIS :: l'histoire par les membres-
Sauter vers: