SPAHIS UN JOUR, SPAHIS TOUJOURS

lien entre les proches, les anciens, les actuels et les futurs spahis
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'EAABC

Aller en bas 
AuteurMessage
Pinzuti
Colonel
Colonel
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1157
Age : 44
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 06/12/2006

MessageSujet: L'EAABC   Jeu 11 Sep 2008 - 9:46

HISTORIQUE DE L'EAABC

Une Histoire

L’Ecole des carabiniers :
En 1698 avec la Révocation de l’Edit de Nantes, Louis XIV réunit les compagnies de carabiniers de chaque régiment de cavalerie dans un nouveau corps, le Royal Carabiniers.
Carabiniers de Provence puis carabiniers de Monsieur, ce corps d’élite de la cavalerie française se voit doter, en 1766, par le duc de Choiseul, secrétaire d’Etat à la guerre, d’un quartier de cavalerie à la hauteur de sa réputation.

L’Ecole de Cavalerie :
Dissoute en 1788, l’école de cavalerie est rétablie à Saumur en 1814, par une ordonnance et devient une école d’instruction des troupes à cheval destinée à former des instructeurs pour tous les régiments de cavalerie.
Elle possède alors deux manèges, l’un militaire permettant de la formation des cadres en tant qu’instructeurs de la troupe, l’autre non militaire afin de former des officiers dans l’exercice de l’art équestre.
Le 10 mars 1825, elle devient l’Ecole royale de cavalerie. Elle forme les instructeurs des troupes à cheval et instruit comme officiers les élèves sortant de l’école spéciale militaire de Saint- Cyr ayant choisi la cavalerie.

L’Ecole d’application de la Cavalerie :
Dissoute en 1870, elle est recréée en 1879 sous le nom de « Ecole d’application de la cavalerie ». Outre ses missions traditionnelles, elle forme les sous-officiers souhaitant devenir officiers.

La Première Guerre mondiale :
Au début de la 1ère guerre mondiale, la cavalerie française encadrée par les officiers formés à Saumur est engagée lors des premiers combats dans ses missions traditionnelles d’éclairage et de couverture. Mais, dès la fin de 1914, les cavaliers prennent le chemin des tranchées. La puissance de feu des armements modernes et notamment les mitrailleuses condamnent en effet les grandes unités de cavalerie. L’apparition du char en 1917, engin mobile, protégé et armé, autorisera à nouveau la manœuvre et nombreux seront les cavaliers à rejoindre ces nouvelles unités.

L’école militaire et d’application de la Cavalerie et du train :
En 1928 l’Ecole d’application de la cavalerie devient l’Ecole militaire et d’application de la Cavalerie et du Train et intègre désormais la formation des cadres du train. A la même époque, l’enseignement théorique s’oriente vers l’emploi des unités blindées et motorisées et en particulier la formation des lieutenants.

La Deuxième guerre mondiale :
Saumur, jusqu’alors à l’écart des grands champs de bataille de l’histoire de France, connaîtra en juin 1940, l’épreuve de la guerre. Refusant le déshonneur de livrer leur école sans combat, les huit cents élèves aspirants de réserve plus connus sous l’appellation cadets de Saumur, encadrés par leurs instructeurs et aux ordres du colonel Michon livrent un combat inégal aux unités allemandes et leurs interdisent pendant trois jours le franchissement de la Loire entre Gennes et Saumur. Novembre 1942 voit la renaissance de l’Armée française en Afrique du Nord et la création de « l’Arme blindée ». Réinstallée en 1945 à Saumur, l’école reçoit une nouvelle appellation et devient « l’Ecole d’application de l’Arme Blindée et de la Cavalerie ».

L’Ecole d’application de l’Arme Blindée Cavalerie :
La disparition des unités montées et la mécanisation de toutes les unités de cavalerie ont transformé définitivement l’école de Saumur en école des troupes mécanisées et blindées. A ce titre, elle forme la totalité des cadres des unités blindées françaises.

UN STYLE

Aujourd’hui, l’Ecole, bien que tournée résolument vers l’avenir, perpétue les traditions de la Cavalerie. Elle puise ses forces dans un passé prestigieux, dans la fidélité à l’esprit cavalier fait d’initiative, d’audace, de panache mais dotée des installations les plus modernes, elle fait siens les apports des technologies nouvelles afin d’accroître la capacité opérationnelle de ses unités. Faisant rimer avec naturel simulation et équitation, elle forge donc l’encadrement des forces blindées d’aujourd’hui et de demain en ayant recours à des méthodes éprouvées et des techniques d’avant-garde. En la quittant, les jeunes cadres sont aptes d’emblée à s’engager dans toutes les configurations requises par les opérations actuelles, tout en maîtrisant les matériels les plus modernes.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'EAABC
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SPAHIS UN JOUR, SPAHIS TOUJOURS :: L'armée en générale :: L'armée de Terre-
Sauter vers: